16.5.07

Orvet mon ami...,



Je prie mes lectrices qui n'ont pas aimé voir la photo de l'orvet de bien vouloir m'excuser de le publier à nouveau mais je ne peux pas passer sous silence le mail que j'ai reçu de mon amie dessinatrice animalière au Jardin des Plantes, à la suite de mon billet du 10 mai dernier.
Je vous le livre dans son intégralité :

"Je voulais corriger la fâcheuse réputation que l'on fait à ce pauvre petit orvet qui n'est même pas un serpent et qui est parfaitement inoffensif.
Sa peau n'est ni froide ni visqueuse mais extrêmement douce au toucher.

Ses prédateurs sont trop nombreux alors tâchons d'apporter une attention respectueuse à cette petite créature avant qu'elle ne disparaisse elle aussi de notre planète.
Par exemple savez-vous que lorsqu'il découvre une proie (petit mollusque, ver, araignée ou larve), il commence par la regarder longuement avant de s'en approcher avec précaution (peut-être à cause de sa vue qui est très faible). Il se décide enfin à la saisir avec ses petites dents, prenant tout son temps pour l'engloutir, puis il se frotte le museau contre le sol pour se débarbouiller

Il est vrai que sa ressemblance avec un serpent le dessert et nous ne fréquentons pas assez les reptiles pour nous débarrasser de notre crainte instinctive.
Mais il serait peut-être contrarié d'apprendre qu'on le confond avec un serpent car ses yeux noirs aux paupières mobiles lui donnent une expression très..."humaine".
Seulement nous le regardons de trop haut pour nous en apercevoir...

Les orvets portent des robes variées aux couleurs élégantes (le bon goût fait partie de ses qualités) : du grège au brun doré en passant par le gris plomb ou cuivré, uni ou ponctué de bleu ou de lignes sombres. Il change de robe plusieurs fois par an en abandonnant sa mue dite "exuvie", rien de tel pour être bien dans sa peau.
A l'âge de 4 ans il est attiré par le sexe opposé et les rencontres se font au printemps. Celui que tu as vu était sans doute en quête de l'âme-soeur, ce qui le rend particulièrement actif et téméraire au risque de croiser des géants effarouchés.

Puis en été, madame orvet met au monde de 8 à 20 petits, empaquetés chacun dans un sac transparent (attention, biodégradable), pour le voyage.
Les voilà partis, s'ils ne sont pas tués prématurément, pour 30 à 50 ans de vie paisible en s'épargnant les rigueurs de l'hiver dans un abri souterrain qu'ils partagent souvent en bon voisins avec d'autres hivernants.

Voilà qui devrait faire changer d'avis tes amies brigetoun, bettyboop, marie et phelycitée, certains de nos congénères ne sont-ils pas beaucoup plus effrayants?"

Merci Géraldine pour ce plaidoyer en faveur de cet animal. Si j'en rencontre un autre, je m'efforcerai de le regarder d'un oeil moins craintif.

18 commentaires:

marie.l a dit…

de l'importance de connaître avant de juger ou d'avoir peur...
Bonne journée Tanette, la mienne se passe en compagnie de mes deux p'tits loups, un voyage que je peux faire grâce à un regain de bien être :))

cristina a dit…

J'aime pas du tout rencontrer cet animal sur mon chemin!!!
Bon congé demain, bisous.

francoise oleron a dit…

Je n'aime pas du tout, je passe très vite

Bisous
Françoise

marie a dit…

Vu comme ça, en effet, ça change la perspective. Longue vie à l'orvet !

marie a dit…

Il fait pas mal de petits et il a une durée de vie très longue. Je ne pense qu'il soit en passe de disparaître.

FD a dit…

Bon ben d'accord alors, on fera la différence à l'avenir... mais quand même, ça rampe et ça j'aime pas bien :-)

platon a dit…

En quelque sorte,la beauté du diable!

brigetoun a dit…

je savais qu'il fallait lui rendre hommage, sans plus. Merci pour la jolie leçon. Ceci dit je ne peux m'empécher d'avoir aussi peu de goût pour les serpents (même s'il a une finesse légèrement attendrissante) que pour, je ne sais pas, une avenue bien nette dans un quartier récent

la cachina a dit…

lorsque j'étais petit j'adorais regarder ce faux serpent avec ses petite pattes, mais je n'en vois plus dans mon jardin, pourtant il n'y a aucun pesticide.
la tarente aussi m'est fort simpathyque

jupi

Baby la malice a dit…

Merci pour les explications, je te rassure je ne le tuerais point. Bien trop peur des reptiles en tout genres.

François a dit…

Merci à Géraldine pour ce fort beau texte qui nous rappelle une fois de plus que la peur est souvent synonyme d'ignorance
Oui, l'orvet n'est rien d'autre qu'un petit lézard sans patte et est tout à fait inoffensif.

Francois et fier de l'Être a dit…

On dirait une petite anguille. Quoi qu'il en soit, je n'aime pas tout ce qui rampe.

maminabelle a dit…

CQFD ... beaucoup d'insectes et d'animaux sont moins dangeureux que l'homme ! Bonne journée Tanette.

mamounette a dit…

Scientifiquement vrai mais si je le vois à mes pieds, je cavale... Réaction primitive de survie !

Phelycitee a dit…

Très beau plaidoyer. La méconnaissance ne permet pas de dépasser nos préjugés. J'ai presque envie d'en rencontrer un et de l'admirer.

heure-bleue a dit…

Tu peux écrire ce que tu veux, je ne supporte pas les serpents même les faux...

Kri a dit…

Quand j'étais petite, j'avais pour animal de compagnie un orvet...attachant, fidèle...

sophieG a dit…

nous venons de trouver un orvet avec 4 pattes (toutes petites comme atrofiées) connaissez-vous ce genre là????