6.8.07

Intellectuels exilés à Sanary


Le saviez-vous ?

Après 1933 et l’arrivée d’Hitler au pouvoir c’est par dizaine que des intellectuels allemands vinrent se réfugier dans ce qui était alors un petit port de pêche endormi, où la vie était beaucoup moins chère qu’à Paris. Bertolt Brecht, Egon Erwin Kisch, Thomas Mann, Ludwig Marcuse, Joseph Roth, Franz Werfel, Arnold Zweig s’y retrouvèrent.

« Si on vit dans l'exil, écrivait Hermann Kesten, le café devient à la fois la maison de famille, la patrie, l'église et le parlement, un désert et un lieu de pèlerinage, le berceau des illusions et le cimetière... Dans l'exil, le café est le seul lieu où la vie continue. »

Après la déclaration de guerre de 1939 le gouvernement français poussa l’absurdité jusqu’à faire interner ces réfugiés dans des camps : on ne voulait voir en eux que des Allemands. Après la Libération la petite ville, qui avait été surnommée « Sanary-les-Allemands » voulut tout oublier et ce n’est que dans les années quatre-vingt-dix que le tourisme allemand et autrichien vint essayer de retrouver les traces des grands artistes qui y avaient vécu. On a fini par dévoiler une plaque et aménager des itinéraires touristiques

Ci-dessus une plaque qui parle de leur histoire (Clic pour l'agrandir) et ci-dessous deux liens pour en savoir davantage.


http://www.mairie-sanary.fr/Les_ecrivains_Allemands.html
http://www.memoires-du-var.com/francais/f_manif.php?var_p=3945

14 commentaires:

brigetoun a dit…

oui les internements ont été une horreur absurde, mais cela ne s'applique pas au moins à Thomas Mann et à Zweig (pour les autres il faudrait que je vérifie) qui sont partis en Amérique

brigetoun a dit…

et pour Brecht je viens de vvérifier ça a été plus précoce l'exil et le chemin a été Danemark Valdisvostok Calfornie.
Le syndicat d'initiative de Sanaray semble avoir été emporté par son élan

brigetoun a dit…

désolée ténette pour mon souci de vérité. Pour Brecht je suis perplexe ils ont l'air surs d'eux et la biographie allemande sur Wikipedia assi. Des s"jours en provenance du Danemark ?

bricol-girl a dit…

J'aime la définition du café pour les exilés.

francoise oleron a dit…

Je ne savais pas, pourtant je connais très bien Sanary et n'en ai jamais entendu parlé, merci du renseignement

Bises

Françoise

patriarch a dit…

Je crois que le café, n'a pas été un lieu de prédilection que pour les écrivains émigrés. D'autres cafés, comme certains à Paris et ailleurs, le furent aussi.

marie.l a dit…

information intéressante que j'aurai plaisir à compléter par tes liens et d'autres certainement, merci Tanette et bon début de semaine !

olivier a dit…

Merci Tanette, j'apprends un morceau de l'Histoire. J'aime bcp la vision du café !
Tes photos, chefs d'oeuvre, sont à l'honneur sur mon blog ! merci encore et belle semaine !
Bises,
OLIVIER

Muse a dit…

une bien dure période , merci de la faire revivre par tes liens.

lili a dit…

j'ignorai cette partie de l'histoire de la guerre, tous n'étaient pas d'accord avec Hitler et nombreux sont ceux qui l'on payé de leur vie. Bonne journée, pluie au programme et fraicheur de nouveau installée. C'est l'antichambre du frigo, bon pour attraper la crève LOL.bises

Marie Bland a dit…

On ne voyait en eux que des allemands, c'est vrai mais c'est quand même compréhensible.
Bon après-midi

bunny62 a dit…

je ne savais pas mais il est évident que beaucoup de têtes pensantes sont parties pour fuir un régime de terreur,
c'est ce que j'aurais fait
bye

Francois et fier de l'Être a dit…

J'ignorai.
Merci.
Bises

Marilyn, la Californienne a dit…

C'est un peu comme les jours de la Revolution Culturelle en Chine je suppose. Heureusement, les intellectuels sont toujours debrouillards.